– Regarde, soeurette ! ma main passe à travers le chemin. loLOlo ils ne verront que mon bras… houu houu… je suis la revenante des forêts perdues… bouhou, le bras baladeur va venir vous chatouiller là où ça fait peur.  Mais regarde, au lieu de rester figée devant la sentinelle. Floc floc zut ! je patauge dans l’encre. Hé, toi là-bas, mister j’melapèteàpeine, arrête de gonfler le torse. Cesse d’encanailler notre imagination.

– Et toi, cesse donc de brailler comme ça ! Viens plutôt m’aider à tirer sur les jambes de celui-là. J’en peux plus, il reste accroché. Humf ! v’là qu’il s’envole !!! Saperlipopette !

– Coucou, toi, coucou, regarde comme ça gigote… Aaah ! au s’cours, je m’enfonce dans la vase. Hé, prends ma main, beau feuillu, j’suis bien plus croquignole que la p’tite impudente qui est restée bloquée dans son apnée pensive.

– Dis, la brailleuse, rends-toi utile,…mourrrrf ! je remonte avec le pendu ! Aie aie aie, viens m’aider, j’ai les mains qui s’arrachent. Il va passer dans le mauvais couloir, mon coeur en fleur. Par les bobines d’Ariane, les filles, arrêtez d’effiler ma patience avec vos manèges de sylphides mal élevées.      Ah ben, voilà, je l’ai perdu. Un de plus. Bravo !

0615_141pf

(encre sur papier dessin – (29×42)

Publicités