petit amusement
*
*
S’enivrant d’écriture on se la rejouerait
Poète en pâmoison de ses propres sonnets
Ayant relu matin au hasard d’un fichier
Les mots que je pondais en un temps reculé
 *
Lire ces confessions ô combien ennuyeuses
M’exhorta à penser en vers à douze pieds
Un jeu que de couper l’oignon du taboulé
En rythmant la gestuelle aux rimes périlleuses
 *
Remplacer la tristesse la peur l’abandon
Par de l’huile d’olive du sel du citron
Du persil de la menthe au gré de nos envies
En guise de contrainte à jouir de la vie
 *
Goûter fermer les yeux servir frais en trinquant
Balayer d’un revers la ronde des tourments
Car de se sustenter de pommes et d’Adam
Vaut mieux que d’étaler la noirceur d’antan
Promis, je n’avais pas prévu de parler ni de pommes ni d’Adam, mais comme ils se sont imposés, j’ajoute une photo de mes p’tites pommes.
pom08100025
Publicités