Si je me sers du titre de ce film de Diastème « Le bruit des gens autour », que j’ai vu du côté de 2008, c’est que je l’ai tellement aimé ce film, qu’il continue à me parler, un peu comme un ami, chaque fois que du monde entre dans mon champ d’émotion. J’aurais aimé du coup aller en Avignon pendant le festival, mais… mais ce n’est pas le sujet, il suffit simplement que ce film ait changé un peu ma vision des choses. Et combien j’aime qu’on change les choses en moi. Du vide, je suis passée au plein. Vous allez comprendre où je veux en venir… les gens… personnes… dans l’image, dans l’autour, dans le bruit, dans la vie… la lumière… en art contemporain, l’homme est une oeuvre d’art comme les autres, enfin de mon point de vue…

Ce que j’ai vu de Gérard Fromanger à Beaubourg (Centre Pompidou), ce jeudi soir (juste après le fou rire de l’article précédent) ce sont les silhouettes, je ne connaissais que vaguement et j’ai beaucoup aimé, l’expo est au quatrième, une installation spéciale dans les collections d’art moderne. Je ne comptais pas spécialement faire un article dessus, mais en regardant les photos que j’ai prises au Palais de Tokyo quelques heures plus tard où je ne voulais attraper que l’ambiance du vernissage, donc remplir ma carte mémoire davantage de gens que d’oeuvres, j’y ai vu un lien qui pour moi m’apparut comme évident.

18h30 – Gérard Fromanger au Centre Pompidou :

 

22h – vernissage au Palais de Tokyo (le 18 février 2016) :

Ce n’est jamais du bruit pour rien, du moins, j’espère.

Publicités