Recherche

les oiseaux dans le bocal

ou comment les poissons rouges ont pris la clé des champs

Tag

Grand Palais

Mexique 1900 – 1950, au Grand Palais

Je suis entrée un peu par hasard dans l’exposition et je ne sais plus trop comment je me suis retrouvée avec un audioguide branché sur les oreilles, j’ai suivi le mouvement, dans le fond, je n’y connais rien ou presque, alors pourquoi pas se laisser tenter par cette proposition de voyage dans la création mexicaine de la première moitié du XXème siècle ? Lire la suite

Art Paris Art Fair 2016

ArtFair0316-5881ambAu Grand Palais, Art Paris Art Fair est une sorte de petite Fiac, c’est-à-dire, une entrée chère pour avoir le droit de visiter des galeries et acheter des oeuvres si vous en avez les moyens. A défaut d’oeuvre d’art, j’vous ai ramené des photos bonnes comme des bonbons, sucrées, acidulées, fondantes, alléchantes, poétiques, colorées, menthe-réglisse, etc. Des choses m’ont plu, d’autres m’ont laissée indifférente, certaines m’ont fait sourire, quelques unes m’ont surprise emballée enthousiasmée agitée bocalisée. J’ai même causé avec deux jeunes galeristes très sympa d’un artiste que je connais et dont ils présentaient une sculpture en bois modèle réduit de ce qu’il expose d’habitude en parpaings et grand format, ils ont voulu que je mette un petit mot dans un cahier, comme ça à froid… et même si les deux stylos qu’ils m’ont passés pour écrire étaient tout aussi gelés que mon imagination et l’air ambiant, les rires et sourires que nous avons échangé m’ont laissé un souvenir chaleureux.

L’album de photos ci-dessous présente surtout les oeuvres qui ont attiré mon attention, ça m’est toujours un plaisir de retrouver des noms d’artistes que j’apprécie comme Yayoi Kusama ou Maria Helena Vieira da Silva (mais quand lui consacrera-t-on une rétrospective à Paris ? hého les curators ou autres directeurs de musées d’art moderne (je vois bien une expo au MAM ou à Beaubourg), des années que j’espère voir une ribambelle de ses tableaux en vrai). Et de magnifiques et sensuels dessins de l’excellent Manara – je me suis toujours régalé les jonctions neuronales avec la nudité nonchalante de ses héroïnes, un vrai déclic pour pénétrer nos rêves, ‘ce pas ?

Art en Capital au Grand Palais

Accueillis par une Marianne au visage grave à la prestance fière et lumineuse ancrée dans un socle de coupures de journaux relatant l’horreur du 13 novembre, nous sommes sous la nef du Grand Palais où chaque année Art en Capital expose les artistes indépendants. Mais on était loin de l’ambiance d’une Fiac ou même de Paris-photo, ce 26 novembre. La différence venait peut-être un peu aussi des tableaux de travers… j’en ai compté trois. Autant chez moi, un tableau de travers ne me gênerait pas, tout vit un peu de travers dans mon switome, mais là, dans un salon d’exposition propre, net, professionnel, ben ça passe mal. « Tu ne vas pas y toucher ! », m’a dit l’amie qui croisait mon chemin au moment où je râlais une fois de plus « non mais, regarde, celui-là aussi… ». Non, je n’ai pas touché le tableau… un mètre soixante par deux mètres trente, imaginez s’il m’était resté sur les bras… le risque est vite calculé.

Je me suis donc baladée de case en case comme un pion sur un échiquier, même si tout est fait pour se mélanger les repères, je suis très stricte dans ce genre d’expo, je suis mon sens de la visite et pas question de m’y dérober par quelques chemins de traverse, encore que je pars du principe que tous les chemins se valent et que je n’ai qu’à me fier au quadrillage que j’ai dans la tête. Et hop… ça, c’est le pion qui s’est fait une petite diagonale.

Alors, voilà, quelques petites choses… photos de petites choses que j’ai ramenées avec moi. Photos, sculptures, peintures… ? vous pouvez les découvrir en cliquant sur une image, et encore les agrandir en utilisant l’agrandisseur en pleine taille en bas à droite de l’image.

Picasso.mania – Grand Palais

“Quand j’étais enfant, ma mère me disait : “Si tu veux, deviens soldat, tu seras général. Si tu deviens moine, tu finiras pape.” J’ai voulu être peintre, et je suis devenu Picasso !” Picasso – Propos sur l’art.

Mercredi 25 novembre. Sortant d’une exposition qui se tenait sous la nef du Grand Palais, je passais près de l’entrée de Picasso.mania, comme il n’y avait personne, je suis entrée. Quelle bonne idée !
Imaginez des artistes connus, reconnus, aux styles bien reconnaissables et dont les oeuvres exposées dans de multiples salles  convergent toutes vers le même centre, le génie Picasso. Ainsi en va-t-il de Roy Lichtenstein à Maurizio Cattelan, d’Andy Warhol à Jeff Koons, David Hockney, Zeng Fanzhi, Jasper Johns, Erro, Adel Abdessemed, etc, de la peinture, de la sculpture, de la photographie, de salle en salle, dans un enchaînement génialement interrompu par des oeuvres du maître ponctuant ici et là le parcours en abondance. Il y a aussi un film de jeunesse d’Emir Kusturica où il est question du tableau Guernica, des vidéos d’interviews de Picasso. De comparaisons en influences, la visite est joyeuse, variée, exaltante.
Je vous laisse découvrir le parcours en ouvrant l’album, n’hésitez pas à agrandir encore les photos en cliquant sur le ziguigui en bas à droite qui permet de mettre en “full size”.
Et comme il est écrit dans l’exposition, « certaines images (mes dernières photos) peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes. »

Après cette visite, si vous ne l’avez pas encore lu, je vous encourage à vous rendre sur l’article Traits de génie (sur le blog Revue des moments perdus) pour y découvrir quelques surprises et des photos prises au musée Picasso, à Paris. Il vous suffit de cliquer sur la photo ci-dessous.

Yousuf Karsh - Picasso
Yousuf Karsh – Pablo Picasso 1954 (photo prise à Paris-Photo)
Une vraie visite vaut toujours mieux que des photos, voici le site de l’exposition Picasso.mania. Jusqu’au 29 février 2016.

Tendance photographie

1115_0799pf
Façade de la voix du Nord à Lille, recouverte d’un collage photo de JR

Pour ceux qui s’intéressent à la photographie, voici un panorama d’images sélectionnées parmi celles qui étaient exposées à Paris-Photo, cette année. Au détour des stands des galeries, j’ai eu l’agréable surprise de voir et revoir bon nombre des photos oniriques de Maleonn, dont j’apprécie le travail depuis plusieurs années,  une photo de Gregory Crewdson, dont les compositions toujours très mélancoliques, statiques et emplies de solitude ont quelque chose de fascinant et me font penser à certains tableaux d’Edward Hopper,  et une superbe photo de Sarah Moon.

Et puisque c’est le mois de la photo, à signaler en ce moment, la première Biennale des photographes du monde arabe contemporain, qui se tient jusqu’au 17 janvier dans plusieurs lieux à Paris (galeries, mairie du 4ème arrondissement, et plus particulièrement à la Maison Européenne de la Photographie (j’y suis allée et y ai vu de très bonnes et belles choses) et à l’Institut du Monde Arabe) et dont j’espère parler dans un prochain article. De même que l’exposition des premiers albums de Lucien Clergue, au Grand Palais.

Et enfin une très instructive interview de JR pour mieux comprendre le travail et la démarche de cet artiste des rues qui se dit davantage colleur de papier que photographe, sur France Culture.

Ci-dessous vous pouvez ouvrir l’album de Paris-Photo en cliquant sur une des photos. N’hésitez pas à utiliser l’agrandisseur sur certaines pour en voir les compositions.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :