Recherche

les oiseaux dans le bocal

ou comment les poissons rouges ont pris la clé des champs

Cube

Une nuit je me réveille avec une immense envie de faire un cube.

Allons bon, qu’est-ce que c’est encore cette idée saugrenue… j’ai sommeil, moi !

– Non, tu n’as pas sommeil !, trotte le cube derrière mes paupières closes, et le voilà qui tournicote comme s’il existait déjà, dehors, dedans, il s’ouvre pour dévoiler ce qu’il a dans le ventre. Tu veux dire des organes, tout ça ? Non, des secrets d’alcôve, un vestiaire, un préambule, la chambre des Béatrice. On pourrait partir d’un bord du labyrinthe et ouvrir une porte au hasard. Entrez monsieur le hasard, vous êtes ici chez vous, toujours le bienvenu dans mon bazar.

Je me lève, titube dans l’obscurité, lumière, ma règle, mon crayon, un grand papier à croquer. Le cube se planifie, se découpe. Le premier jour la peau est dessinée ou presque, elle sera en noir et blanc pour ne pas attirer l’attention. Le deuxième jour, l’en dedans, la couleur s’impose, elle y fera de la lumière quand le cube se refermera pour laisser libre cours aux jeux, danses, amusements. Le troisième jour, les finitions… Allez, on le déplie ?

 

Machines à dessiner

L’univers fantastique de François Schuiten et Benoït Peeters, respectivement dessinateur et scénariste des BD Les cités obscures et Revoir Paris, est propice à l’exposition que nous propose le musée des Arts et Métiers. C’est à travers un parcours jonché d’objets sortis d’un autre siècle que le spectateur se prend à voyager hors du temps présent. Lire la suite

FIAC 2016, une visite subjective

2h40 j’y suis restée, c’est que je n’ai pas dû m’ennuyer. Etonnée (mais pourquoi donc ?) de voir autant de monde dès l’ouverture, ce vendredi. J’en rapporte quoi au juste ? Lire la suite

Murakami, Calle, Toguo, une fin de journée particulière

Hier soir j’étais invitée par le Centre Pompidou à une visite guidée de l’exposition de Jean-Luc Moulène (dont je doutais que je serais follement intéressée mais sait-on jamais). Et comme je voulais absolument voir l’exposition Takashi Murakami à la galerie Perrotin et celle consacrée à Gregory Crewdson à la galerie Templon (le tout se tenant presque dans un mouchoir de poche autour du Centre Pompidou), j’avais prévu de faire d’une pierre trois coups.  Mais le hasard (que je l’aime celui-là) avec beaucoup d’humour et de bonté allait un peu changer mon emploi du temps. Lire la suite

Mexique 1900 – 1950, au Grand Palais

Je suis entrée un peu par hasard dans l’exposition et je ne sais plus trop comment je me suis retrouvée avec un audioguide branché sur les oreilles, j’ai suivi le mouvement, dans le fond, je n’y connais rien ou presque, alors pourquoi pas se laisser tenter par cette proposition de voyage dans la création mexicaine de la première moitié du XXème siècle ? Lire la suite

Les sculptures-machines de Gilbert Peyre

Gilbert Peyre, l’électromécanomaniaque qui donne vie aux machines. Pour ce que j’en avais vu sur l’affiche, et lu ici ou là, j’étais très curieuse de voir cette exposition. J’avais déjà remarqué le « J’ai froid » de l’artiste ici même à la Halle Saint Pierre (si je ne me trompe), le bruit des sabots claquant le sol de cet étrange individu au crâne de daim dégarni, revêtu d’une peau de lapin, répétant inlassablement et lugubrement « J’ai froid », m’avait un peu donné froid dans le dos. Lire la suite

Martial Raysse – Centre Pompidou (mai à septembre 2014)

Les expos du Centre Pompidou que je fréquente assidûment depuis quelques années ne m’enthousiasment pas toutes, soit parce que mes goûts ont changé et que mes élans d’avant se sont envolés – comme pour l’expo Magritte qui a lieu en ce moment et dont la scénographie n’est pas des meilleures qu’on ait vues, soit parce que je me perds un peu dans la multitude d’informations que nous propose l’exposition – comme dans celle de la Beat Generation, dont la scénographie est, par contre, plutôt attrayante, mais un peu difficile à suivre surtout pour les non-initiés. Par contre, j’avais été très emballée par la rétrospective concernant Martial Raysse que je découvrais il y a deux ans.  Alors c’est avec lui que je vous propose aujourd’hui de passer un petit moment, quitte à remonter un peu le temps, histoire de (re)découvrir cet artiste haut en couleur et en diversité. Voici donc ma vision de l’exposition Martial Raysse en mai 2014. Lire la suite

La villa Verveine de Caroline Dahyot

Je l’avais maintes fois vue de l’extérieur, en passant devant en voiture ou à pied, bien avant de savoir qu’elle s’appelle Villa Verveine, bien avant d’imaginer ce qui pouvait se cacher derrière sa façade colorée. Lire la suite

Balzac et les artistes, mythe et réalité

Jeudi (hier), 9h40. C’est la première fois que j’entre dans la maison de Balzac – sans excuse puisqu’elle fait partie des musées libres d’accès quand on possède la carte Paris-musée – je peux même dire que je regrette encore d’avoir laissé passer l’exposition de Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet, dans cette maison des coteaux de Passy.  Balzac, pour moi… un des auteurs préférés de ma mère, celui d’un ami qui se livrait à l’écriture et admirait Balzac et Stephen King, et des souvenirs scolaires, et même un prix à l’école, Le lys dans la vallée… Ce jour, j’entre dans l’exposition Balzac et les artistes, mythe et réalité. Une autre première fois pour moi puisqu’il s’agit d’un vernissage presse. Après un accueil chaleureux Lire la suite

Sol y sombra – Miquel Barcelo

Peintre, céramiste, graveur, sculpteur, créateur ? Avant cette année, je ne connaissais que de très loin Miquel Barcelo, de nom tout au plus. Et d’un coup, je me suis fait un triplé d’expositions qui, petit à petit m’ont familiarisée avec son style, son travail, son art. A la Maison Rouge, lors de l’exposition CERAMIX c’est par le film d’une performance en Avignon qu’il a attiré mon attention, on le voit avec son ami chorégraphe manipuler la terre crue de façon très spéciale, le corps finissant par ne faire qu’un avec la terre. Lire la suite

Leur histoire

C’est parce qu’ils ont pris de l’importance pour moi depuis une dizaine d’années que j’ai envie de faire un article sur eux. Ils sont devenus omniprésents dans beaucoup de mes dessins composés. Que je les appelle mes Bonomes, diables ou lutins, connaitrai-je jamais leur véritable nom, ils fourmillent, rien ne les touche que le bonheur d’être, de se mouvoir, de danser, leur monde est déliquescent mais ils y sont sereins ignorant l’entropie, sans cesse renaissant, s’entraidant toujours dans la proximité, s’ignorant dans le lointain, ne se cherchant pas, ne se battant jamais. Qui sont-ils ? De quelle entité déchargée des notions du bien ou du mal émanent-ils ? Lire la suite

CERAMIX – une visite avec Elsa Sahal

Je ne suis pas certaine que cet article intéressera nombre d’entre vous. C’est un compte-rendu très personnel de quelque chose dont je voudrais graver les grandes lignes dans ma mémoire, enfin la mémoire du bocal.

« Visite subjective avec Elsa Sahal ». Dans l’exposition CERAMIX, ses oeuvres sont parmi celles que j’ai préférées, alors je me suis précipitée sur cette proposition de la Maison Rouge, ce jeudi soir 19 mai. Elsa Sahal nous a dit Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :