Recherche

les oiseaux dans le bocal

ou comment les poissons rouges ont pris la clé des champs

Inextricabilia, une visite avec Lucienne Peiry

Visiter l’exposition Inextricabilia à la Maison rouge avec Lucienne Peiry, ce fut un enchantement. Lucienne Peiry (qui dirigea durant 10 ans la collection d’art brut de Lausanne), commissaire de l’exposition, nous a guidés dans un monde intime, humain, fabuleux, avec un enthousiasme, une passion, une gentillesse et une sensibilité qui ont dépassé bien des attentes. Elle fut chaleureusement applaudie pour sa générosité dont la voix, le regard, les gestes étaient à l’égal de son savoir. Si nous n’avions été debout, elle aurait eu droit à une standing ovation. Lire la suite

Kiefer-Rodin, une rencontre singulière

Ceux qui me suivent savent combien j’apprécie Anselm Kiefer, alors dès que j’ai su qu’il exposait de nouveau à Paris, je me suis précipitée. Anselm Kiefer et Auguste Rodin, un rapprochement dans la façon de procéder, dans la liberté d’utiliser les matériaux, le désir d’aller plus loin dans l’expérimentation. Le musée Rodin a proposé à Anselm Kiefer d’investir la salle d’exposition, lui donnant carte blanche. Anselm Kiefer a souvent étudié le travail de Rodin, pour cette exposition il s’est plongé dans la lecture des Cathédrales de France, livre écrit et illustré par Auguste Rodin. Une convergence architecturale, sensuelle et spirituelle que l’on retrouvera dans l’exposition. Par chance, pour moi, s’il y avait du monde dans le musée et le jardin (venu surtout pour voir les classiques du sculpteur), il y avait peu de visiteurs dans cette première salle, alors j’ai pris mon temps, j’ai longuement caressé du regard les effets de matière, les reliefs, les tours peintes, les matériaux habituels qu’utilise A. Kiefer (plomb, verre, plâtre, huile, acrylique, terre, branches…). Pour vous faire une idée de la visite, je vous propose deux albums, le premier, du pur Kiefer en résonnance avec Rodin, le second une immersion dans les aquarelles des deux artistes, et pour finir…

On entre ensuite dans la salle des aquarelles d’Anselm Kiefer. Sous vitrines les grands livres sont ouverts sur de très belles aquarelles. C’est intime, envoûtant. Plus tard dans les salles dédiées à Rodin, on retrouve les aquarelles du maître pour qui l’architecture se transformait progressivement en silhouette féminine.

Et puis… il y a l’Absolution, d’Auguste Rodin. Cette sculpture composée est présentée pour la première fois au public. Enigmatique, l’oeuvre est constituée de plusieurs figures (torse d’ugolin assis, la Terre, tête de la Martyre) agencées sous un grand drapé. Elle témoigne de l’audace du sculpteur et de sa capacité à se renouveler.

Je vous encourage grandement à feuilleter le catalogue de l’exposition que vous trouverez dans toutes bonnes librairies, il est passionnant et foisonne de magnifiques illustrations, et de très bonne qualité.

L’exposition Kiefer-Rodin est à voir jusqu’au 22 octobre 2017, au musée Rodin, à Paris.

Et pour ceux qui voudraient se rafraichir la mémoire, voici les articles du blog concernant Anselm Kiefer :

Anselm Kiefer – L’alchimie du livre (BNF – novembre 2015)

Anselm Kiefer, une rétrospective – Centre Pompidou (novembre 2015)

Anselm Kiefer – plomb et images en déroulés (Centre Pompidou – novembre 2015)

Anselm Kiefer, une rencontre enivranteCentre Pompidou, 10 mars 2016

 

Galerie Daniel Templon

Située 30 rue Beaubourg, à Paris (ne pas oublier de visiter la suite de l’autre côté de la rue), j’ai pris l’habitude depuis quelques temps de visiter cet espace, parce qu’y sont exposés des artistes qui me correspondent. Cette galerie fait partie de mes préférées (amabilité de l’accueil, espace suffisant bien utilisé…), et puisque j’y suis allée aujourd’hui… Lire la suite

Dioramas – Palais de Tokyo

Entrez mesdames et messieurs dans le théâtre sans texte. Venez découvrir l’histoire du diorama, à partir de ses origines, avec Louis Daguerre, vous voyagerez dans le temps jusqu’aux artistes d’aujourd’hui qui s’en inspirent.

J’aime que le Palais de Tokyo m’étonne, cette exposition sur ce que Balzac qualifiait de  « merveille du siècle », est une fort bonne idée. Mais qu’est-ce que le diorama, demanderez-vous peut-être ? Lire la suite

Ainsi les poissons rouges ont pris la clé des champs (nouveau blog, nouvelle adresse)

Histoire de ne pas tout mélanger. Le bocal restera le lieu où on parlera de mes visites aux expositions. Mes petites choses à moi, créations, divagations et vie plus perso seront désormais sur mon autre blog Les poissons rouges ont pris la clé des champs.
Merci de m’avoir suivi ici, j’espère vous retrouver sur mon nouveau blog (si vous souhaitez le suivre, n’oubliez pas de vous abonner.

La pente de la rêverie, lire le poème de Victor Hugo

Ce qu’on pourrait appeler une coïncidence, il y a un an, le 25 décembre 2015 exactement, je vous proposais ma visite de l’exposition Eros Hugo, que j’avais beaucoup appréciée. Cette année, l’exposition en cours à la même Maison de Victor Hugo m’a grandement enthousiasmée. Lire la suite

Art et Liberté – Brassai, deux expositions au Centre Pompidou

Je vous présente deux expositions qui sont à voir en ce moment au centre Pompidou et dont le lien pourrait être le surréalisme. Lire la suite

Plus jamais seul, à la Maison Rouge (Hervé Di Rosa et les arts modestes)

Je n’étais, à priori, pas vraiment intéressée par l’exposition Hervé Di Rosa à la maison rouge, mais puisque j’ai une carte d’abonnement, je me suis un peu poussée. Et j’en suis ressortie euphorique, tant de couleurs, de foisonnement, ça gigotait en moi. Lire la suite

Reportage inopiné

Je devais rester au sol. Mon mari m’avait dit : « tu pourras te balader, prendre des photos de trains, j’en ai pas pour longtemps ». C’était sur le chemin, alors j’avais répondu : « d’accord, j’aime les trains, je vais faire de super photos ».

D’abord on m’a mis un casque sur la tête qui ballotait désagréablement , ensuite un gilet orange. Bien. Et puis on m’a demandé mon sac à main parce qu’on ne peut pas monter avec un sac à main. « Monter ? »

Lire la suite

Carte blanche à Tino Sehgal au Palais de Tokyo – une expérience

Comment vous parler d’une exposition qui a lieu dans des espaces vides. Vides ? Tu as vu que c’était vide, toi ?  Mais non, c’est autre chose. Ben alors ?  Imaginez que c’est vous qui participez à l’oeuvre d’art. Ah oui ? A l’échelle macro ou microscopique ? Parfois, j’avais l’impression que nous n’étions qu’un détail dans un tableau. Nous ? Bon, essayez de me suivre… Lire la suite

Cube 2 – L’oeuf

L’intime, cocon de soi, là où la paix développe l’âme et le coeur… yin et yang en harmonie pour une complétude en gestation permanente.

Ma dernière petite création.

cubeoeuf1116pfpeinture acrylique et aquarelle sur papier multi-techinques

Love doll au Japon, d’après une conférence d’Agnès Giard

C’était le 09 novembre à l’école du Louvre, Agnès Giard donnait une conférence sur le phénomène love doll au Japon. Agnès Giard est journaliste et docteur en anthropologie, elle a publié des livres tel que le bel ouvrage L’imaginaire érotique au Japon ou encore son dernier opus Un désir d’humain, les love doll au Japon. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :