Sous titrée L’artiste photographié, d’Ingres à Jeff Koons, Dans l’atelier est une exposition indispensable pour qui veut regarder dans la lucarne des ateliers dévoilés des artistes. Le photographe est parfois l’arroseur arrosé, car s’il pénètre dans l’intimité des peintres ou sculpteurs, il est lui aussi objet de curiosité pour d’autres photographes. Du tirage sur papier albuminé pour les plus anciennes, aux gelatino-argentique ou encore à jet d’encre pour les dernières, on prend plaisir à passer d’une époque à une autre, à se laisser aller et venir à travers les méandres temporels, quelle bonne idée de n’avoir suivi aucun ordre chronologique ! Il est toujours aussi surprenant et agréable d’entrer dans le relief d’anciennes images par le biais des appareils stéréoscopiques, se laisser frôler par les histoires qui se développent alors dans nos têtes de voyeur éphémère. Combien de regards avant nous se sont repus de ces images parfois coquines ?

Il y a tant à voir, le parcours est foisonnant, plaisant, excitant, une exposition caverne d’Ali Baba. Je félicite et remercie les commissaires d’expositions, Delphine Desveaux, directrice des collections Roger-Viollet, Susana Gallego Cuesta, conservatrice de la collection photographique du Petit Palais et Françoise Reynaud, conservatrice en charge des collections photographiques du musée Carnavalet, trois femmes qui ont su donner un rythme et la forme qui convenait à une exposition qui se visite jusqu’au bout avec un vif intérêt. Je n’ai qu’une envie, y retourner, je pense que chaque visite peut se multiplier, je suis certaine qu’il y aura toujours à découvrir jusqu’au 17 juillet 2016.

Alors ne croyez pas avoir tout vu en visionnant mon album si dessous, il n’est que le reflet de ce que j’ai voulu rapporter avec moi lors de cette visite grisante.

 

Dans l’atelier – L’artiste photographié d’Ingres à Jeff Koons, jusqu’au juillet 2016, au Petit Palais à Paris (je signale au passage un salon de thé qui peut s’avérer fort agréable en terrasse dans la cours intérieur du musée)

(Et comme dans la blogosphère il n’y a rien de plus gonflant qu’un faux like, je compte sur vous pour ne cliquer sur « aime » que si vous avez lu/vu et aimé l’article comme je le fais moi-même sur les blogs que je visite. Pour résumer, il ne sera fait aucun échange de like. Merci)

Publicités